Lecture du saint coran : 35 initiés en fin de formation à Dédougou

Lecture du saint coran : 35 initiés en fin de formation à Dédougou

La grande mosquée de Dédougou a abrité la cérémonie de sortie des initiés par la lecture du saint coran le 02 Juin 2019. Cette initiative 15è du genre est portée par l’AEEMB et le CERFI. La cérémonie est intervenue en présence des leaders musulmans, du Parrain et des fidèles musulmans, parents et amis.

 

Ils sont 35 initiés (15 sœurs et 20 frères) à la lecture du saint coran pour cette année à Dédougou. Après plusieurs mois voire des années de travail, de sacrifices, de don de soi, et de patience, ils sont au bout de leur initiation. L’activité qui est à sa 15e année est l’initiative de l’Association des élèves et étudiants musulmans du Burkina(AEEMB) et le Cercle d’étude, de recherche et de formation islamique (CERFI) engagés à rendre accessible la lecture du coran à tous.

Une étape qui marque le début de l’initiation à la lecture du saint coran, selon Amado Kaganbèga, Imam du CERFI, encadreur des apprenants. « Pour la suite, nous allons aller à la perfection du coran car le prophète (S.A.W) a dit de chantonner le coran et plus tard aller aussi à la recherche des sens des versets du coran », a-t-il indiqué. Pour lui, l’encadrement s’est déroulé dans une ambiance parfaite du fait que les apprenants étaient motivés et cela les a aussi motivés pour les accompagner.

Selon le parrain de la cérémonie Oumar Soulama, commandant des Compagnies républicaines de sécurité (CRS) de Dédougou, en plus d’être un référentiel de tout musulman, le coran est également un guide, une miséricorde, un remède, une preuve, une direction et une lumière. Car au regard de sa nécessité dans le cheminement spirituel de tout croyant, le coran doit être étudié, médité, compris,

appliqué et enseigné. Il a invité les lauréats à continuer d’apprendre avec leurs encadreurs car la route reste longue. « Le chemin parcouru est important, mais n’oubliez pas qu’il est encore long. Le besoin de formation en coran est sans cesse grandissant. Vous devez donc redoubler d’effort car dans toute action du croyant, il doit viser l’excellence », s’est-il adressé aux lauréats.

Pour l’un des lauréats Oumarou Tiémounou, directeur régional des droits humains et de la promotion civique de la Boucle du Mouhoun, c’est la meilleure des responsabilités qu’il vient d’avoir. « C’est un très grand jour pour moi, c’est vraiment un nouveau point de départ dans ma vie. Je vais travailler, non seulement, à renforcer ma foi mais également à diffuser ce que j’ai appris auprès de mes frères et sœurs », a-t-il indiqué

Lassina Yao

Source: www.faso-actu.net

Google+ Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*