Retrait du projet de loi sur les libertés religieuses : Des associations islamiques remercient le Président du Faso

Retrait du projet de loi sur les libertés religieuses : Des associations islamiques remercient le Président du Faso

Ceci est un communiqué du Service de communication de la Présidence du Burkina Faso

Une délégation de la Fédération des Associations Islamiques du Burkina (FAIB), conduite par El hadj Abdramane SANA, a été reçue en audience ce mardi 17 janvier 2017, par le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE.

Elle est venue partager avec le chef de l’Etat, les attentes et les préoccupations de la FAIB. C’est le porte-parole de la délégation, Cheick Sidi Mohamed KONE qui s’est exprimé face aux médias à la sortie de l’audience. Selon lui, la délégation est venue rassurer le Président Roch Marc Christian KABORE du soutien des musulmans pour la réussite de sa mission de maintenir le pays dans un climat de paix et de stabilité.

De l’avis du porte-parole, cette audience a donné l’occasion de « remercier le Président du Faso pour l’ensemble des faveurs faites à la communauté musulmane et notamment le retrait du projet de loi sur les libertés religieuses ». A entendre Cheick KONE, le chef de l’Etat « a eu la grande sagesse et l’intelligence de retirer (ce projet de loi) au nom de la paix et de la stabilité de ce pays. Nous tenions à le remercier pour cette clairvoyance qui va certainement apaiser le climat social au niveau du Burkina Faso ».

Au nombre des préoccupations portées à la connaissance du Président Roch Marc Christian KABORE, il y a la question de la laïcité. Les musulmans veulent voir « une laïcité qui puisse garantir la paix entre les différentes communautés religieuses de ce pays. Et renforcer le vivre ensemble exemplaire que nous avons dans ce pays ». La question des écoles medersa a également été abordée avec le Président du Faso afin qu’il puisse mieux comprendre leur fonctionnement et les difficultés auxquelles elles font face.

La délégation a souhaité également que la voix des musulmans soit entendue dans le processus d’élaboration de la Constitution. « Sur toutes ces questions, nous avons eu des réponses très satisfaisantes », a confié Cheick Sidi Mohamed KONE, qui s’est engagé, au nom de la Fédération, à partager la nouvelle avec la base de la Fédération.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Google+ Linkedin

Written By :

Super Administrateur du Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*