Ramadan au Burkina : Rupture collective de jeûne à Kossyam

Ramadan au Burkina : Rupture collective de jeûne à Kossyam

A l’initiative des musulmans travaillant à la Présidence du Faso, une cérémonie de rupture collective de jeûne a été organisée, le jeudi 22 juin 2017, dans l’enceinte du Palais présidentiel. En plus des membres de toute la communauté islamique, ceux des autres confessions religieuses et des coutumiers ont pris part à la cérémonie en présence du Chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré.

A quelques jours de la fin du jeûne musulman, les fidèles qui travaillent à la Présidence du Faso ont posé un acte symbolique pour la consolidation de la paix par le biais d’une rupture collective du jeûne au Palais de Kossyam. C’était dans la soirée du jeudi 22 juin 2017.

Outre les représentants de la communauté musulmane, il y a eu un représentant de l’Eglise catholique en la personne du Cardinal Philippe Ouédraogo, un représentant de la Fédération des églises et missions évangéliques (FEME), le pasteur Samuel Yaméogo et un envoyé « spécial » du Moogho Naaba Baongo.

La rupture collective et la Salat Al Maghreb (la prière du soir-officiée par le Docteur Mohammad Isaac Kindo) sont intervenues avant les différents discours. « C’est une première au Burkina Faso depuis la Haute-Volta jusqu’à nos jours. Nous sommes là pour rendre grâce à Dieu », s’est réjoui le Pasteur Samuel Yaméogo de la Fédération des églises et missions évangéliques (FEME). « Nous sommes des graines d’un même panier. Et les valeurs que nous cultivons sont les caractéristiques du peuple burkinabè », a dit le Cardinal Philippe Ouédraogo.

Il a, par ailleurs, fait comprendre que le monde entier est à la quête de la paix, la réconciliation et à la justice. « Le Burkina Faso n’y est pas en marge », a-t-il précisé. Le représentant du Moogho Naaba Baongo, a lui, demandé à toute la population de toujours travailler dans l’intérêt de la nation. Il s’est agi, selon le Cheickh Aboubacar Yugo, Représentant de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB), d’une « réunion familiale » et témoigne d’un « amour interreligieux et intrareligieux ».

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a pour sa part félicité les musulmans de Kosyam qui ont eu l’initiative de la cérémonie. « Le dialogue inter-religieux est une réalité au Burkina Faso. Et, cette activité en est la preuve. Je salue la communauté musulmane pour la lutte contre l’intolérance religieuse qu’elle mène depuis longtemps. Je souhaite qu’elle persévère dans ce sens », a déclaré le Chef de l’Etat. Il a également souhaité une bonne fête de Ramadan à tous les musulmans du Burkina Faso.

Daawatoul Islamia

Google+ Linkedin

Written By :

Super Administrateur du Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*