Port du voile : Des associations islamiques écrivent au Gouvernement burkinabè

Port du voile : Des associations islamiques écrivent au Gouvernement burkinabè

En substance ce que la Fédération des association islamiques du Burkina (FAIB) a écrit aux autorités concernant la loi relative aux libertés religieuses. La FAIB a aussi rencontré le Président de l’Assemblée nationale au sujet de plusieurs préoccupations des musulmans dont cette question de la loi sur les libertés religieuses. Avec le Ministre d’Etat, la question du voile des femmes et filles musulmanes a été également posée.

Objet: Amendements portant sur le projet de loi relatif à la liberté religieuse

Monsieur le Ministre d’Etat,

La Fédération des Associations Islamiques du Burkina a participé à travers ses deux représentants à l’atelier de validation de l’avant-projet de loi sur les libertés religieuses tenu du 12 au 15 juillet 2016 à Koudougou.

Nos amendements ont porté sur :
Article 6 ancien :
Toutes les religions bénéficient d’une égale protection de l’Etat.
Article 6 amendé:
Toutes les religions bénéficient d’une égale protection et d’un égal traitement de l’Etat.

Article 47 ancien:
L’enseignement religieux est autorisé dans les établissements privés d’enseignement et de recherche. Il ne doit pas avoir pour finalité de soustraire l’enfant à l’enseignement de base obligatoire tel qu’il est prescrit par la législation en vigueur.

Article 47 : amendement proposé:
« L’enseignement religieux est autorisé dans les établissements privés d’enseignement et de recherche. Il ne doit pas avoir pour finalité de soustraire l’enfant à l’enseignement de base obligatoire tel qu’il est prescrit par la législation en vigueur. « Toutefois, les établissements privés conventionnels doivent admettre l’expression des libertés religieuses de toutes les confessions religieuses et s’abstenir de contraindre les élèves à la pratique d’un culte dont ils ne se reconnaissent pas ».

Ce dernier amendement n’a pas été retenu et en lieu et place, le Directeur des Affaires Coutumiers et des Cultes a proposé de faire une recommandation aux deux (02) ministères en charge des Enseignements et de la Recherche, pour la création d’un comité ad hoc. Ce comité devrait faire l’état des lieux des pratiques des libertés religieuses dans les établissements d’enseignements et de recherche, et proposer des solutions.

Aussi, nous attirons votre attention sur la particularité de notre pays, où les principes généraux qui gouvernent les libertés religieuses dans les services publics et l’administration, garantissent depuis des décennies, un climat apaisé. Notre préoccupation est que l’application de certains termes de la nouvelle loi sur les libertés religieuses, » ou leur interprétation, viennent remettre en cause des acquis. Toute chose qui pourrait porter préjudice à la quiétude, à la paix et au modèle burkinabè du « travailleur-croyant ».

La FAIB

La publication : 

Google+ Linkedin

Written By :

Super Administrateur du Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*