Pays arabes : « Bien que boursier, il faut nécessairement travailler comme un esclave »

Pays arabes : « Bien que boursier, il faut nécessairement travailler comme un esclave »

Pays arabes : « Bien que boursier, il faut nécessairement travailler comme un esclave » Ceci est un témoignage poignant d’un jeune étudiant de la vie des étudiants africains dans certains pays arabes.

À peine ai-je fini de préparer mon serment d’aujourd’hui sur le hadj , lorsqu’un jeune étudiant d’un pays arabe me fait des révélations qui doivent dissuader les candidats à l’émigration folle dans ce pays arabe.

Bien que boursier, il faut nécessairement travailler comme un esclave pour payer sa scolarité et subvenir à ses besoins les plus élémentaires, la bourse n’étant qu’un simple moyen d’asservissement, a dit l’étudiant. Et quel type de travail ? Il s’agit de laver des assiettes, faire le linge et d’autres travaux domestiques qu’on exécute sans repos. Le noir selon eux pouvait assumer la tâche de deux arabes et sans repos. Pire, on nous interdit d’aller prier.

Le travail, dans la conception de ceux ci , étant aussi une adoration qu’on ne doit pas laisser pour la prière. Au mieux, certains autorisent la prière mais à condition que celle-ci s’exécute dans le plus bref délai. D’ailleurs, on nous a répété que c’est à partir de 40 ans que l’homme doit commencer le sérieux et adorer Dieu, pas à l’âge juvénile.

Oui ! Cela se passe dans les pays arabes. Que ceux qui cherchent aveuglement les bourses prennent conscience. Au fait, quelles études reçoivent les étudiants burkinabè et africains dans ces universités prestigieuses ? À cette question l’étudiant répond en disant qu’ils sont contraints de raser les barbes , traîner le pantalon et apprendre le soufisme et le ( dofine seh à rite).

La musique, la cigarette, et le chicha , polluants partout même les salles de classe. Les services de sécurité veillent à l’application strict de ces mesures sur nos étudiants et empêchent de visiter ou de fréquenter en ville les cercles salafiste d’apprentissage de la religion ! Témoignage poignant qui nous donne l’image (textuelle) de la plupart des pays arabes . Sous les pressions occidentales , les vrais universités sensées éduquer et enseigner l’islam véritable, ont réduit leurs bourses pour céder la place à des universités laïques qui manquent de religion.

C’est l’Etat qui désigne le secteur, choisi les matières, les programmes et même les professeurs. Voilà la triste réalité de la plupart des universités arabes qui ont ouvert grandement les portes pour accueillir (ses) enfants .

A cette allure l’avenir de delà sunna est gravement menacée.

Parents d’élèves , étudiants (difuitair) religieux , prenez conscience . Il est temps que les africains , pour (s’entretenir ), construisent leurs propres universités liées adaptées à leurs propres réalité.

Il est temps de dresser une liste noire des universités (fantômes) qui cherchent à détruire la sunna au profit du libéralisme religieux, et empêcher nos enfants à faire des destinations privilégiées après le bac .

Google+ Linkedin

Written By :

Super Administrateur du Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*