Football féminin : Une équipe privée de finale en raison de l’exclusion de son entraîneuse voilée

Football féminin : Une équipe privée de finale en raison de l’exclusion de son entraîneuse voilée

Que ce soit sous les ors de la République ou sur les vertes pelouses du sport roi, la France demeure recroquevillée dans une laïcité dogmatique dont la pâle lueur n’illumine pas le monde, et n’a pas éclairé non plus la décision de la FIFA d’autoriser, en 2014, ce qu’elle ne saurait tolérer : l’intégration du port du voile dans les compétitions internationales de football.

Campant sur ses positions sectaires sans le moindre état d’âme, jusqu’à salir les nobles valeurs sportives et gâcher ce qui devait être un jour de fête pour l’équipe féminine des 11-13 ans du club de l’AS Surieux d’Echirolles (Isère), la Ligue de football Auvergne-Rhône-Alpes n’a pas apporté cette petite bouffée d’oxygène qui aurait rendu l’air plus vivifiant samedi, à Motte-Servolex, en Savoie, lors de la finale de la Coupe Rhône-Alpes.

Dans un climat ambiant pollué par l’ostracisme qui frappe les femmes voilées, qu’elles soient désireuses de participer à des sorties scolaires en tant que mères d’élèves ou de se frayer un chemin dans le monde du travail, l’interdiction de la présence au bord du terrain de Essia Aouini, 19 ans, la jeune coach voilée estimée de tous, notamment de son équipe, est hélas dans l’air vicié du temps.

Face à cette décision aussi inique que cruelle, source d’un profond désenchantement pour de jeunes footballeuses dont les yeux brillaient à la perspective du grand jour, celles-ci, solidaires avec leur entraîneuse ainsi humiliée, ont déclaré forfait en signe de leur plus vive protestation.

Leur merveilleux rêve de jouer une finale fébrilement attendue ne se réalisera pas, brisé en mille morceaux par Bernard Barbet, le président inflexible de la Ligue, lequel s’est retranché sans sourciller derrière l’article 8 des statuts de la Fédération française de football pour justifier l’exclusion de Essia Aouini. Un article 8 considéré comme « illégal » par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF).

« Nous considérons qu’il s’agit d’une véritable injustice car Essia a eu le mérite de conduire son équipe jusqu’en finale. Il n’est donc pas question de jouer sans elle. C’est un geste de solidarité », a martelé Amar Benguedouar, président de l’AS Surieux, le club qui accueille les jeunes des cités sensibles d’Echirolles, près de Grenoble.

Alors que l’Observatoire de la laïcité estime que ce cas particulier requiert un éclairage juridique et que, sans surprise, le très ambitieux et anti-voile Laurent Wauquiez, président « Les Républicains » de la Région déjà en pleine pêche aux voix pour les législatives, a applaudi des deux mains au refoulement de Essia Aouini, le maire communiste d’Echirolles, Renzo Sulli, a pour sa part plaidé la cause de la jeune coach auprès de Noël Le Graët, président de la Fédération française. « Il n’est pas rare de voir de nombreux joueurs prier avant un match ou se signer après un but, sans que cela provoque de réaction de la Fédération. Aussi je vous demande de manière très exceptionnelle de permettre à Essia de continuer à entraîner son équipe», a-t-il écrit, mais en vain.

Dans une France de 2017 qui renvoie aux vestiaires, non pas la haine et l’injustice, mais une jeune femme talentueuse et méritante, étudiante en licence d’anglais, à qui les jeunes footballeuses d’Echirolles attribuent tout le mérite de leur accession au sommet, il y a de quoi s’alarmer devant l’aveuglement d’une laïcité répressive qui bafoue à ce point la devise républicaine.

« L’acceptation des différences fait partie des valeurs du football. Comment voulez-vous qu’un tel message soit transmis à des jeunes, lorsqu’on leur annonce qu’en raison d’une différence l’éducatrice ne peut accompagner son équipe?», a déploré Essia Aouini avec tristesse et amertume, dans une missive adressée au président de la Ligue. «Tout cela est triste, déplorable », a-t-elle ajouté, profondément affectée.

Google+ Linkedin

Written By :

Super Administrateur du Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*